Nathalie | poème

Jusque-là
tes mots,
dans ton placard
tu les laissais.
Tes mots du peu, tes mots du rien,
tes mots coulants,
dans ton placard
tu les laissais,
manger le vide
au cul de ta faim.

Jusque-là
sans un mot,
tu bosses comme un cri.
Jamais non toujours oui
tu sais qu’un mot
mot de trop
tout s’arrêterait
et après ?
sans caution
ni loyer,
il y a de jolis ponts
Nathalie
où aller.

Jusqu’au
rond-point
de cette fraternité,
euphorisant
tes mots du trop, tes mots du rien,
tes mots coulants.
Mille papillons
dansent
à l’intérieur de ton ventre,
tandis que tu oses,
ensemble
tu oses.

Ta voix est belle quand elle est portée par le chant.

février 2019
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Play CAPTCHA Audio
Reload Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Contenu protégé !!