L’invisible est pierre si dure

N’approchez nul de qui travaille en son sommeil

Son immobilité gardienne des passages draguant l’âme

Il dort le monde, infuse sa rêverie

Il est le sculpteur, le bâtisseur qui enfante,

Lui, l’ami de la forme qui se dérobe encore.

a- t-il déjà voit-il séant s’est-il cri soulagement cri perdu pourtant

toujours et si longtemps vivra- t-on jamais le verrons-nous quand

sera-t-il des songes secouer délivrer ici le ramener pourquoi autant

aller si loin lui pauvre et vieux tellement abîmé en vaut-il peine mais

L’invisible est pierre si dure qu’il faut, de la rosée de nos absences,

L’amollir au temps, finement tailler buée en cristal de brume.

2009
 

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Play CAPTCHA Audio
Reload Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Contenu protégé !!