Nous sommes ici. We are here V.

Dans mon pays, on laisse reposer les routes à l’entrée de la nuit.
La chaleur d’un feu n’est jamais refusée,
on fait assoir celui qui voyage.
Au matin, personne ne confisque l’ombre de celui qui repart.

On mange avec celui qui mange, on chante avec celui qui chante.
Dans mon pays, aucun père ne pleure seul sans que l’on pleure avec lui
l’encre effacée du prénom de son fils.
Il y a des palmeraies dans mon pays où il fait bon prendre le thé avec un ami.

Dans mon pays, certaines questions s’envolent avant d’être posées
le silence n’est jamais insistant
on n’en demande pas plus aux douleurs aphones.
On sait que mille anges dans le ciel n’égaillent pas une aube éplorée.

Dans mon pays, on ne soupèse pas la cicatrice de l’homme mis à nu.
On ne sonde pas la pupille de son œil,
on ne soutire pas l’empreinte de ses doigts.
Dans mon pays… ô mon pays…

Mon pays a pris feu à l’intérieur de mon âme,
au fond de la nuit
bleue et sans larme.

avril 2018
   
image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


CAPTCHA Image
Play CAPTCHA Audio
Reload Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Contenu protégé !!